Maîtrise de l'énergie dans l'habitat pour les particuliers et les professionnels
AUDIT ÉNERGÉTIQUE INFILTROMÉTRIE
SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE AUTOCONSOMMATION

Les déperditions énergétiques, le confort et la rénovation ; comment s'y prendre ?

24-02-2014

Un peu d'histoire


    On voit se développer aujourd'hui la prise en compte des éléments environnementaux dans la construction des nouvelles habitations (soleil, vent, orientation...) C'est notamment sur ce principe qu'est construite une maison bioclimatique. Ce concept qui paraît novateur est en fait un retour en arrière. En effet, avant les années 1850, nos ancêtres n'avaient pas à disposition une énergie quasi "illimitée" et s'efforçaient donc de réduire au maximum les déperditions d'énergies et les consommations. Ainsi les habitations étaient définies par :

  • la distribution des pièces : utilisation d'espaces tampons (pièces de jour au sud, pièces de nuit au nord),
  • l’utilisation de grandes surfaces vitrées au sud,
  • l'implantation adaptée à l'environnement : pour bénéficier des apports du soleil et limiter les inconvénients dus aux vents et aux pluies,
  • l’utilisation de parois extérieures à forte inertie : pour avoir une réserve de chaleur en hiver et une réserve de fraicheur en été,
  • ...

 

    Entre 1850 et les années 1930 il y a une évolution des modes de construction, ainsi, se développent des procédés d'industrialisation dans la construction. De nouveaux matériaux de fabrication apparaissent, ce qui apporte des modifications majeures :

  • amincissement des parois porteuses (entrainant une diminution de l'inertie),
  • apports climatiques négligés (disposition de l'habitation par souci de gain de place non par rapport aux éléments environnementaux),
  • distribution des pièces ne prenant pas en compte l'orientation et les ouvertures vers l'extérieur (ex : plans type d'appartements).

 

    En 1974 et suite au choc pétrolier, la première Réglementation Thermique (RT) apparaît. Elle oblige notamment à avoir un minimum d'isolation dans les logements. S'ensuivent alors d'autres RT avec chacune ses obligations et ses valeurs limites en termes d'isolation de l'enveloppe et de déperdition d'énergie, jusqu'à aujourd'hui avec la RT2012.

    Nous pouvons donc affirmer qu'une majorité des logements présentent des performances énergétiques médiocres. C'est pourquoi une campagne de rénovation du parc de logement a été entreprit en France, avec des aides à la rénovation (PTZ, crédit d'impôts, CEE,...)


Les déperditions énergétiques des logements


    Chaque habitation présente ses caractéristiques propres et donc des contraintes et des défauts qui lui sont propres. Nous pouvons néanmoins classer ces défauts et évaluer leurs parts dans la performance énergétique globale du bâtiment :

  • déperdition par la toiture : 13 à 32%,
  • déperditions par les murs : 14 à 30%,
  • déperditions par le plancher bas : 5 à 15%,
  • déperditions les fenêtres : 11 à 17%,
  • déperditions par la ventilation et/ou fuites d'air : 11 à 20%,
  • déperditions par les ponts thermiques : 2 à 15%.

 

 Déperditions

 

    Ces déperditions ont un impact non négligeable sur la facture énergétique de l’habitation. Par exemple : une tuyauterie dans un local non chauffé peut générer des pertes 8 fois plus importantes si elle n'est pas calorifugée; une différence d'un degré de la température de consigne peut engendrer une augmentation de 6% de la consommation de chauffage.

    A cela, on peut ajouter les éléments de confort été/hiver, les effets de parois froides,...

 

    Une bonne rénovation énergétique doit prendre en compte l'ensemble des ces éléments. De même, le choix des matériaux et des méthodes de réalisation des travaux doit prendre en compte le mode de construction initial de l'habitation. Par exemple, dans le cas de l'isolation d'un mûr en pierre anciennes : il faut choisir des matériaux permettant de laisser "respirer" le mûr afin de conserver l'équilibre hygro-thermique du bâtiment et il faut également utiliser des matériaux qui n’affecte pas les effets de confort apportés par l'inertie de celui-ci.

 

    Des questions que vous pouvez vous poser :

  • vaut-il mieux isoler par l'extérieur ou l'intérieur?
  • dois-je installer une VMC double flux?
  • je dois changer ma chaudière, mais par quoi la remplacer?

 

    Aujourd'hui, dans le cadre de travaux de rénovation, de nombreuses questions se posent :

  • par quoi commencer ?,
  • comment réaliser les travaux ?,
  • combien cela va coûter ?,
  • combien cela va nous faire économiser ?.

 

    C'est pourquoi il est important de réaliser un audit énergétique qui permettra de déterminer les travaux à réaliser pour améliorer l'efficacité énergétique et le confort de l’habitation, le tout pour un budget de travaux maitrisé.

    Différentes prestations existent 'une simple recherche de défauts thermique à la caméra thermique à un bilan énergétique complet avec étude financière.

Actualités / Informations >>>Qui sommes nous ? >>>






© Optimisation Habitat énergie

27, rue Jean Claret - 63063 CLERMONT-FERRAND

Tél : 04 73 39 04 97

Mail : contact@o-habitat-energie.fr

CONTACT

Retrouvez-nous également sur facebook

© 2013 marques et modèles déposés - Reproduction interdite sans l'accord de OHE

INFOS DIVERSES

Localisation

Plan du site

Mentions légales

Conception graphique : www.weber-steph.fr